Facultés de médecine: Muhindo Nzangi revient à la charge et ferme encore plusieurs dans le pays

Facultés de médecine: Muhindo Nzangi revient à la charge et ferme encore plusieurs dans le pays

Seulement 26 établissements d’enseignement supérieur et universitaire à travers la RDC sont autorisés à organiser la faculté de médecine pour l’année académique édition 2022-2023. C’est ce qui ressort de la note circulaire du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire rendue publique le 20 janvier et qui fixe en même temps, les modalités de recrutement des candidats en médecine . Il s’agit de:

•. Université de Kinshasa (UNIKIN) avec 900 quotas

• Université de Lubumbashi(UNILU) avec 800 quotas

• Université de Kisangani(UNIKIS) avec 800 quotas

• Université kongo(UK) avec 600 quotas

• Université de Goma (UNIGOM) avec 500 quotas

• Université catholique du Graben(UCG) avec 500 quotas

• Université catholique de Bukavu(UCB) avec 500 quotas

• Université officielle de Bukavu(UOB) avec 500 quotas

• Université officielle de Mbuji-Mayi(UOM) avec 500 quotas

• Université évangélique en Afrique (avec 300 quotas

• Université de Kindu avec 300 quotas

• Université de Tshumbe avec 300 quotas

• Université de Kikwit avec 300 quotas

• Université de Mbuyi-Mayi avec 300 quotas

• Université président Joseph Kasa-Vubu avec 300 quotas

• Université Kimbaguiste de Kinshasa 300 quotas

• Université de l’Uelé avec 300 quotas

• Université nouveaux horizons de Lubumbashi avec 300 quotas

• Université protestante du Congo avec 300 quotas

• Université de Mbandaka avec 300 quotas

• Université libre des pays des grands lacs avec 300 quotas

• Université catholique la sapiential/Goma avec 300 quotas

• Université de Bandundu avec 300 quotas

• Université de Kolwezi avec 309 quotas

• Université notre dame du Kasayi avec 300 quotas

• Université catholique du Congo avec 300 quotas.

Cette décision n’est pas la première du genre prise par Muhindo Nzangi. En 2021, le même ministre de l’ESU avait déjà publié la liste de 16 établissements universitaires « fiables » autorisés à organiser les enseignements de médecine. Cette décision avait fait l’objet de plusieurs recours au Conseil d’État qui avait rendu des arrêts en faveur de plusieurs établissements après ces recours.

On note cependant aujourd’hui l’absence de certains de ces établissements comme l’Université Bel Campus, l’Université libre de Kinshasa, ULK.

Lévi Bonkono