OGEFREM: le D-ga ai Lem’s Kamwanya accusé de gestion ‘‘artisanale’’

OGEFREM: le D-ga ai Lem’s Kamwanya accusé de gestion ‘‘artisanale’’

A l’Office de gestion de fret multimodal, OGEFREM, la délégation syndicale du Kongo-Central met le DGA ai Lem’s Kamwanya sur le bûcher. Pilotée par Jean-Claude Dikuama, cette structure accuse Kamwanya de « gestion artisanale » tout au long de son intérim de trois mois à la tête de l’OGEFREM.

Dans cette entreprise, l’on assiste, ces derniers temps à une véritable « guerre épistolaire » entre le DGA ai Lem’s Kamwanya et le président de la délégation syndicale provinciale du Kongo Central, Jean-Claude Dikuama Boy. Une tension observée depuis l’avènement  du ministre actuel des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Chérubin Okende.

Dans une lettre au DG intérimaire, le délégué syndical s’étonne que le DGA ai engage l’OGEFREM « pendant  que son titulaire, le DG ai Philippe Kiyimpu est en fonction, présent à Kinshasa, à son poste de travail ».

Un acte que Dikuama qualifie de provocation : « Ne s’agit-il pas d’un acte de mépris de l’autorité du DG ai, d’un boycott des statuts de l’OGEFREM ou simplement d’un acte de provocation afin d’amener le DG ai à réagir? ».

Dans une seconde lettre au même destinataire, Philippe Kiyimpu, Jean-Claude Dikuama, épingle les dérapages financiers de la gestion artisanale de son prédécesseur. « En trois mois de la gestion de Lem’s Kamwanya, a engagé des dépenses de location de la salle de formation à près de 250.000 USD en moins de deux mois, sans respect du budget 2022, à raison de 20.000 USD pour deux jours, alors que le deuxième niveau de l’immeuble du siège de l’Office était toujours inoccupé et disponible », a-t-il fustigé.

Des allégations que rejette la Cellule de communication de l’OGEFREM qui salue par contre le travail que Lem’s Kamwanya a abattu pendant sa gestion de trois mois à la tête de l’entreprise. Elle cite entre autres, la mise en place de la Tour de contrôle, permettant à l’OGEFREM de suivre les mouvements des marchandises depuis leurs lieux d’origine jusqu’en RDC.

« Il est le seul à avoir formé plus de 600 cadres et agents de l’OGEFREM dans 9 filières dont les finances, l’audit interne, la logistique et autres’’, souligne l’un des membres de cette Cellule de communication au journal The Post.

Qui dit vrai ? On espère qu’un audit indépendant pourra clarifier la situation de l’entreprise.

LISH MAYANDA.